Pacemaker

Pacemaker

Pacemaker est un roman “local”, ancré dans son terroir (le Gard), qui laisse entrer un fantastique déconcertant.
Hélas, je ne vais pas pouvoir lever le voile sans divulgâcher.
À ceux qui pourrait craindre un ancrage local voir régional je répondrais avec une citation très approximative :
“C’est en étant ancré dans le local que l’on peut toucher à l’universel”
Je ne me souviens plus qui a dit cela, je me souviens que c’était à propos de peinture et c’est tout à fait applicable à “Pacemaker”.

Bernard s’y connait en glissements du réel au fantastique et vice-versa. On part du réel pour glisser dans l’ombre, revenir les pieds sur terre pour mieux se faire happer par l’indescriptible.
Je conseille d’ailleurs un de ses autres romans dans cette thématique : “Caverne - les disparus du val”.

Ce qui m’a plu dans le roman ?

Ce côté fantastique qui est une très judicieuse métaphore de notre société.
Je rends cet avis bien énigmatique en disant que Bernard arrive à matérialiser des forces et tensions qui s’exercent dans notre société.
La culture actuelle exploite nos faiblesses et travers. Bonne trouvaille d’en faire un élément fantastique.
Je citerais “La grande faucheuse” de James Morrow qui s’appliquerait bien :

Les mythes et les épopées mélangent toujours le rêve et le réel. De telles histoires ont le détail réaliste faux mais la métaphore juste.

Vous voilà bien avancé ! Je ne suis pas écrivain et bien incapable de raconter sans dire, de préciser en éludant en même temps.
Je pourrais vous donner des indices en vous disant que cela s’approche de certains épisodes de “Twilight zone” et de “Stranger things” (mais sans la bande d’adolescents et le côté années “80”).

En bémol ?

Le roman démarre doucement et certains dialogues sont un peu artificiels et longs au début (mais il n’est pas facile d’écrire certains moments d’attente et d’enfermement)

Où le trouver ?



Cet article est paru en premier sur Post Tenebras Lire