Luna

Luna

Ce tome a une suite : “Luna : Lune du loup”.
On ne peut pas lire “Luna : Lune du loup” sans avoir lu “Luna”.
Mais on ne peut non plus lire “Luna” sans lire ensuite “Luna : Lune du loup” tant le roman est prenant.
Ma critique sera donc complète quand j’aurais lu les deux tomes.

Je peux déjà dire que c’est un très bon roman.

La lune est colonisée. Enfin commercialisée serait le mot juste.
Quelques firmes, tenues par de puissantes familles, se partagent les ressources lunaires. Et sur la Lune tout se vend : la nourriture, l’eau, l’air que l’on respire …
Pas de lois. Des contrats seulement.
Oui, c’est presque une dystopie capitaliste de la Terre (mais qu’est ce que je raconte on est déjà dans cette dystopie ! Vous me direz ici l’air ne se vend pas. Hum : le fait de respirer de l’air non pollué se vend quand même un peu indirectement non ?)

Bref.

Il y a deux aspects principaux au roman :

Une multiple saga familiale.

Les mauvaises langues diraient que c’est un Dallas lunaire. Ce n’est pas faux.
Le roman commence d’ailleurs par une liste de plusieurs pages de personnages.
Angoisse ! Faites comme moi, plongez directement dans le roman. On s’y retrouve très vite.

Une fenêtre incroyable offerte sur une population de colons lunaires.

et ce dernier point est fascinant :

  • en surface vous mourrez rapidement par le vide, les radiations … une erreur ? vous êtes mort.
  • les colons vivent profondément sous la surface lunaire
  • ils doivent choisir au bout de 2 ans de rester définitivement (revenir ensuite sur Terre les tueraient) ou de repartir.
  • les enfants n’ont jamais vu la mer, le ciel, les animaux. Leurs ciels sont des plafonds !
  • les tentatives pour recréer des parcs, des biotopes.
  • il se crée des valeurs, des croyances, un point de vue très particulier surtout sur la Terre.

Bonus : une bonne partie des protagonistes est issue du Brésil. Une délicieuse atmosphère sud-Américaine se dégage : ambiances, musiques, villes, …

Allez j’attaque la suite !

Autres avis



Cet article "Luna" est paru en premier sur Post Tenebras Lire