Nouvelles de la mère patrie - Dmitry Glukhovsky - 4/5

Les noms des personnages, des organisations, des entreprises et des États mentionnés dans le présent ouvrage sont le pur fruit de l’imagination ; toute similitude avec des noms de personnes, d’organisations et d’États existant ou ayant existé serait purement fortuite.

Des nouvelles écrites par Dmitry Glukhovsky avec une bonne pincée de fantastique.
Soupçon de fantastique qui saupoudre un grand saladier de réalité. De cette réalité qui fait plus vrai que nature.
Dans ce pays imaginaire, on traite avec les enfers pour exporter du gaz naturel.
On construit des tours pour vendre les organes des accidentés du travail. Il suffit juste de bien choisir une ethnie qui ne boit pas n’est pas ?
Aucun pays, entreprise, oligarque réels ne seraient autant prêt à tout pour un enrichissement aussi indécent… non ? s Dans ce pays fictif, les riches sont riches seulement de façon un petit peu plus obscène.
Les médias délaissent le scoop du millénaire, car… le Président est en visite quelque part, car… il faut équilibrer par des sujets sur le Premier ministre ensuite.
L’alcool coule à flots, car c’est presque une nécessité nationale. Le citoyen de cet État imaginaire, une fois à jeun devrait faire face à une réalité bien trop misérable.

Une belle collection d’histoires tantôt caustiques, tantôt sordides.
Des nouvelles d’un univers parallèle juste séparées du nôtre par une très mince couche de fantastique.

À la fin, il ne reste en dehors de toute cette corruption, qu’une campagne profonde, immuable et autarcique.
Et on en vient à penser que se tenir loin des « élites » dévoyées est la seule solution.
Ça ou la révolution ?

Note

Les nouvelles ne sont pas datées. Certaines font référence aux États-Unis sous Obama.

Le trouver ?



Cet article "Nouvelles de la mère patrie" est paru en premier sur Post Tenebras Lire

Des questions ?

Contactez moi par e-mail : post.tenebras.lire[arobase]ik.me

Des commentaires ?


Informations